IMPORTANT : Sondage gestionnaires de cas (À remplir avant le 3 août 2021)

Chers membres du SEAC,

Anciens Combattants Canada (ACC) commence à mettre en œuvre le nouveau contrat à l’égard du Programme de services de réadaptation et d’assistance professionnelle que le ministère vient de passer. Des gestionnaires de cas ont communiqué avec leur syndicat pour poser des questions et exprimer leur inquiétude au sujet de ce nouveau contrat et des effets qu’il aura sur les services aux anciens combattants et sur leurs emplois de gestionnaires de cas. C’est pourquoi le SEAC a décidé de demander à tous les gestionnaires de cas de répondre à un sondage pour connaître leur avis et leurs sujets d’inquiétude. Nous utiliserons les informations recueillies aux fins de nos discussions suivies avec ACC sur le contrat en question.

Veuillez vous assurer que tous les gestionnaires de cas de votre région prennent connaissance du sondage et les encourager à y répondre. Plus le nombre des participants sera élevé, plus notre voix portera pour les protéger. Voici le lien au sondage qui sera accessible jusqu’au 3 août 2021 :  

https://fr.surveymonkey.com/r/K32CLVG

En toute solidarité.

Virginia Vaillancourt,

présidente nationale du

Syndicat des employé-e-s des Anciens combattants (SEAC)

Programme d’apprentissage-mixte (PAM) : Santé mentale : parlons-en !

Le PAM est fier d’annoncer le lancement de la quatrième discussion guidée de sa série de discussions Le pouvoir d’en parler intitulée Santé mentale : parlons-en ! Nous apprécierions grandement votre soutien pour faire connaître cette offre aux gestionnaires et aux employés syndiqués.

Cette nouvelle discussion guidée dans le cadre de la série Le pouvoir d’en parler, d’une durée de 3 à 3,5 heures, réunira les fonctionnaires et leurs gestionnaires pour discuter des leçons apprises quant au maintien d’une bonne santé mentale en période difficile et pour commencer à réfléchir à d’autres stratégies visant à favoriser la santé et la sécurité psychologiques au travail.

Pendant cette séance, les participantEs vont :

  • discuter de la santé mentale en tant que continuum et des facteurs qui l’influencent
  • identifier les pratiques en milieu de travail qui favorisent la santé mentale
  • définir ce qui doit faire l’objet d’une attention renouvelée pour favoriser des lieux de travail sains et sûrs sur le plan psychologique.

Comme toutes les autres séances de cette série, La santé mentale : parlons-en!est conçue pour des employéEs syndiquéEs et leurs gestionnaires/superviseurEs d’une même équipe de travail, avec un maximum de 15 participantEs. Cette séance est offerte de façon virtuelle, par visioconférence ou téléconférence.

Pour organiser une séance de discussion dans le cadre de la série Le pouvoir d’en parler, veuillez soumettre une demande sur le site Web du PAM ou communiquer avec vos coordonnatrices et coordonnateurs régionaux pour en savoir plus. 

Toufic El-Daher

Vice-président exécutif national (VPEN)

Le 27 juin est la Journée canadienne du multiculturalisme

Célébrons cette journée et profitons-en

Il a été annoncé en 1971 à la Chambre des communes par le Premier Ministre Pierre Trudeau, en tant que politique officielle du Canada, qu’aucune culture officielle ne définirait l’identité canadienne mais que c’est sa diversité culturelle qui caractériserait le pays. Cette année marque le 50e anniversaire de cette politique.

Le concept de la journée du multiculturalisme a été adopté le 13 novembre 2002 par le gouvernement du Canada. Le 27 juin a été désigné par proclamation royale.

Le multiculturalisme est prévu par la législation, soit dans la Loi canadienne sur le multiculturalisme et l’article 27 de la Charte canadienne des droits et libertés. De plus, la Loi sur la radiodiffusion de 1991 affirme que le système canadien de radiodiffusion devrait être le reflet de la diversité des cultures dans l’ensemble du pays.

La Journée du multiculturalisme rend hommage aux différents patrimoines raciaux, religieux et culturels du Canada. Les valeurs que nous partageons nous définissent plus que nos différences. La reconnaissance de ces valeurs partagées peut nous permettre de surmonter les obstacles aux efforts que nous faisons pour arriver à l’inclusion et à la réconciliation.

Bardish Chagger, ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse, a indiqué dans sa déclaration de 2020 : « La diversité qui nous caractérise a façonné notre société et notre mode de vie. Des gens sont venus au Canada de partout dans le monde dans l’espoir d’avoir accès aux mêmes possibilités et expériences que tous les Canadiens et dans un objectif commun : bâtir une société inclusive, solidaire et diversifiée où tous peuvent s’épanouirLa diversité a toujours été l’une de nos plus grandes forces. Cependant, il ne faut pas oublier qu’une société multiculturelle se construit chaque jour. Elle nous demande des efforts et de l’attention. »

Voici quelques faits et chiffres tirés des données de Statistique Canada et du recensement qui vous aideront à comprendre pourquoi il est non seulement honorable d’aider tout le monde à se sentir chez soi mais aussi indispensable en raison de l’évolution démographique actuelle :

  • L’immigration compte pour plus de 80 % de l’accroissement de la population au Canada.
  • Au cours des trois premiers mois de 2019, la population du Canada a augmenté de 98 410 personnes en raison de l’immigration, portant la population totale à 37 412 852.
  • 21,9 % des membres de la population canadienne indiquent qu’ils sont ou ont été des immigrant-e-s reçus ou des résident-e-s permanents du Canada.
  • La population canadienne déclare plus de 250 origines ethniques ou ascendances.
  • Les origines britannique et française figurent toujours parmi les plus fréquentes, mais leur poids démographique a beaucoup diminué depuis la Confédération.
  • En 2016, 2,1 millions de personnes, soit 6,2 % de l’ensemble de la population canadienne, ont déclaré une ascendance autochtone.
  • En 2016, 7 674 580 personnes ont déclaré qu’elles faisaient partie d’une population racialisée. Elles représentaient plus du cinquième (22,3 %) de la population canadienne. De ce nombre, 3 sur 10 étaient nées au Canada.
  • Les personnes d’ascendance sud-asiatique et chinoise et les Noirs étaient les trois principaux groupes racialisés, chacun comptant pour une population qui dépassait le million. Les groupes suivants par ordre d’importance étaient les personnes d’ascendance philippine et les arabes, dont le nombre a presque doublé en 10 ans et a augmenté plus rapidement que ceux des autres groupes racialisés de 2006 à 2016.
  • Les personnes immigrantes contribuent à notre économie, non seulement en comblant les pénuries de main-d’œuvre mais aussi en dépensant l’argent qu’elles gagnent pour acheter des biens, se loger et se déplacer

Nous croyons que chaque jour se prête à la célébration de notre diversité parce que notre pays est fondé sur différentes races, religions et pratiques culturelles. Efforçons-nous donc de célébrer aujourd’hui et chaque jour.

Juin 2021

Comité des DP du SEAC

Journée national des autochtones

En 2015, j’ai eu le privilège de déménager au Nunavik pour le travail. Avant ce déplacement, j’avais peu ou pas de connaissances sur le peuple qui y habite et sur sa culture.

À mesure que je me préparais par une formation formelle et des recherches personnelles, j’ai pris conscience de l’impact du Nunavik et des peuples autochtones sur l’histoire du Québec et du Canada. J’étais gênée de n’avoir que peu ou pas de connaissances sur le peuple qui habite sur un territoire qui représente un tiers du Québec.

J’ai rapidement fait preuve d’humilité en faisant mes bagages et en prenant l’avion qui allait me conduire en deux heures et demie dans le nord du Québec. L’année vécue au Nunavik a été la plus enrichissante et la plus précieuse de toutes, car elle m’a permis de m’épanouir sur le plan personnel et professionnel. De plus, elle m’a permis de prendre conscience que les choses que nous considérons comme « luxueuses » ne sont pas si pratiques ou essentielles au quotidien.

Les peuples indigènes ont un lien profond avec la terre, et cette expérience m’a ouvert les yeux. Il y a une grande richesse de connaissances dans l’apprentissage de la terre sur laquelle nous vivons et des trésors qu’elle nous offre.

Alors que nous célébrons la Journée nationale des autochtones, le 21 juin, prenons le temps de reconnaître et de célébrer les cultures et les contributions des Premières nations, des Inuits et des Métis, c’est-à-dire du peuple autochtone! Prenons également le temps d’embrasser tout ce que nous avons et tout ce que nous avons appris au cours de l’année dernière, qui s’est avérée un véritable défi, et d’en être reconnaissants!

Bianca Zito

Gestionnaire de cas, Montréal

Mois national de l’histoire autochtone

Juin est le Mois national de l’histoire autochtone — qui donne à tous les Canadien-ne-s l’occasion d’apprécier et de célébrer l’histoire, les cultures et les contributions propres aux Premières Nations, Inuits et Métis.

Nous ne pouvons pas aller de l’avant sans reconnaître la façon tragique et dévastatrice dont les peuples autochtones ont été traités. La découverte d’une fosse commune où 215 enfants étaient inhumés est atterrante et crève le cœur! Comme le Premier Ministre Justin Trudeau l’a indiqué de manière si éloquente, ce fut « un douloureux rappel de ce sombre et honteux chapitre de l’histoire de notre pays ».

Les « écoles résidentielles indiennes » étaient des pensionnats dirigés par l’État et l’Église. Les enfants étaient arrachés à leur famille et privés de leur dignité. Ils se faisaient punir s’ils parlaient leur langue et subissaient des sévices physiques et sexuels. Il est impensable mais vrai que les derniers pensionnats autochtones n’ont fermé en Saskatchewan qu’en 1996! Les répercussions des pensionnats autochtones se font encore sentir très vivement, particulièrement chez les survivant-e-s, et elles ont une grande influence sur les communautés autochtones.

Une ligne d’écoute téléphonique nationale sur les pensionnats autochtones a été établie pour aider les anciens élèves des pensionnats et les autres personnes affectées. On peut obtenir des services de crise 24 heures sur 24 en composant le numéro de cette ligne nationale : 1-866-925-4419.

Le SEAC solidaire aux côtés de la communauté musulmane et de ses membres suite à l’attaque islamophobe et terroriste qui a décimé une famille à London en Ontario

Le Syndicat des employé-e-s des Anciens combattants (SEAC) est dévasté et horrifié par l’attaque terroriste islamophobe du 6 juin dernier, qui a tué quatre membres d’une famille pakistanaise musulmane de London, en Ontario et qui a laissé comme seul survivant, un jeune garçon de neuf ans, avec des blessures graves. 

Le SEAC adresse ses plus sincères sympathies à la famille, aux amis et aux collègues touchés par cette terrible tragédie et s’engage à lutter contre toutes les formes de racisme, de fanatisme et de haine.

Nos prières et nos pensées accompagnent ce survivant à qui nous souhaitons un prompt rétablissement, la paix et la justice qu’il mérite.

Toufic El-Daher

Vice-président exécutif national (VPEN)